Éditos & Jal's Life

Test grandeur nature : faire du vélo à Lyon-Villeurbanne et mourir….

Initialement, cet article était un statut Facebook afin d’informer et de faire loliloter mes amis du réseau. Comme je n’ai pas trop l’habitude de m’étendre des plombes sur les statuts, j’ai découvert la limite des 500 caractères. Heureusement, je m’occupe de ce merveilleux blog, tout va rentrer dans l’ordre et je vais même pouvoir y ajouter de merveilleuses images.

Toutefois, comme d’éventuels lecteurs non-amis Facebook peuvent tomber sur cet article, une contextualisation s’impose.

L’Arfis, la merveilleuse école qui forme depuis plus de vingt ans aux métiers du cinéma a déménagé il y a deux semaines du septième arrondissement de Lyon pour aller s’installer à Villeurbanne.

Autrefois pour me rendre à cette école mon trajet consistait à effectuer l’équivalent de 40 mètres, d’où ma private joke récurrente : « aha, tro lolol, je peux partir en retard et arriver en avance, tavu« .

Ce trajet s’étant nettement allongé, il me fallut bien trouver des moyens de locomotion autre que mes petites jambes pour m’y rendre. Et, j’ai testé pour a vous, au péril de ma vie, le trajet en vélo par des axes aussi sécurisés que prendre l’autoroute en contre-sens : l’axe Felix Faure / Léon Blum.

Pour résumer :

Bilan positif :
– Plus rapide et moins cher que le bus (je luis ai mis sa craquée au C11),
– Le retour de la mayonnaise dans mes futurs repas (apports de protéines nécessaires).
– L’admiration de mes amis et de ma tendre moitié,
– L’effet coiffé / décoiffé pour pas cher,
– Un petit air mystérieux qui a l’air de faire son effet en arrivant.

Bilan négatif :
– Il fait chaud, dîtes donc,
– Voies cyclables inexistantes : votre chance d’avoir un accident augmente de 7% tous les 100 mètres,
– Les vieux ça marche au milieu de tout (trottoirs, routes, passages piétons et tout ce qui peut être circulable),
– Un gros air harassé en arrivant que je confonds avec un petit air mystérieux.

Bilan global : Des économies et un argument pour manger plus de mayonnaise, si vous ne mourrez pas en évitant un petit vieux avant de vous faire écraser par les nombreux 33 tonnes qui vous dépassent et que vous vous faîtes plein d’idée sur votre côté mystérieux : foncez !

NB : j’ai tenté sur le retour de prendre la voie cyclable qui longe le T3. C’est plus sûr, plus rapide et plus agréable.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close