Critiques

Critique ciné : « Kick Ass 2 » de Jeff Wadlow (2013) | Ne casse pas des culs…

Par Éléanor Cosmic.

Avant de vous faire le pitch du film, autant donner l’esturgeon (le thon c’est beaucoup trop commun pour moi, et si vous n’aimez pas le poisson allez donc lire la critique d’Elysium) : Kick Ass 2 est un bon film, mais n’en attendez pas trop non plus, vous seriez déçu. A mon sens il n’est pas à la hauteur du premier, mais les deux films n’ont pas grand-chose à voir l’un avec l’autre et je vais vous expliquer pourquoi.

L’histoire : Alors que Kick Ass a abandonné son costume de green ninja, Mindy sèche les cours pour s’entrainer, tout ça dans le dos de son tuteur légal. Mais le phénomène des vrais super héros a pris de l’ampleur, et une ribambelle de nouveaux venus ont débarqué depuis la belle époque. Dave décide de former un duo avec Hit Girl, qui s’a ffaire à l’entrainer. Mais la jeune fille se remet en question et part trainer avec des pompom girls (déceptioooon), tandis que Kick Ass rejoint un nouveau groupe.

The+Mother+fucker+kick+ass

Le premier réalisateur, Matthew Vaughn, passe cette fois à la production du film, au côté de Brad Pitt (bah oui, il fait bien ce qu’il veut d’abord t’es pas sa mère), et c’est donc Jeff Wadlow qui prend en main l’écriture et la réalisation de cette suite. Avec un réalisateur moins expérimenté et un budget revu légèrement à la baisse, soit 2 millions de dollars de moins que le premier opus, on est en droit d’avoir des réserves. Surtout que produire des suites de nos jours est une entreprise plutôt risquée : il ne faut pas s’attendre à beaucoup.

C’est en tout cas dans cet état d’esprit que j’ai pénétré dans la salle de cinéma et cela m’a sauvé de la déconvenue. Le scénario est bon, mais il ne casse pas des culs : Universal feraient ils de la publicité mensongère (Ouh ! J’suis trop forte !) ? Quand il s’agit d’une adaptation, je suis la première à clamer qu’on n’a pas besoin de connaitre l’œuvre d’origine pour pouvoir apprécier le film et dire si le scénario fonctionne ou pas, mais pour le coup j’aimerais quand même lire les comics.

Pas dans un souci de qualité d’écriture, mais pour voir si l’on rencontre la même évolution, le même écart entre le premier et le deuxième tome : chers internautes, si vous connaissez l’œuvre papier, je lirai vos commentaires avec la plus grande joie.

Film Title: Kick-Ass 2

Malgré quelques passages bien déjantés, je trouve tout de même le film beaucoup moins drôle et beaucoup moins violent que le premier. Et l’un ne va pas sans l’autre : c’est justement les moments plus légers qui permettaient de creuser l’écart pour mieux faire ressortir la gravité des scènes d’action hyper violentes impliquant la petite Mindy (et vous aimez ça hein les scènes brutales avec des enfants bande de dégénérés !). Un peu comme dans un bon Tarantino : on apprécie la tranquillité des dialogues parce qu’on sait qu’un bain de sang approche à grand pas ! Bref, le principe de l’ascenseur émotionnel : plus c’est gros et mieux ça passe.

La réalisation est cependant très agréable, et on peut dire Kick Ass 2 est encore l’un des rares films d’action où l’on VOIT vraiment les personnages se battre, avec de belles chorégraphies et des plans de plus d’une seconde qui ne donnent pas trop la gerbe (ni la chiasse soit dit en passant, vous comprendrez en regardant le film).

Et sexisme mis à part, la souplesse et l’agilité dans un combat c’est beau, c’est grand, la violence ce n’est pas réservé qu’aux mecs (*mode-fan-de-Buffyon*), et pour moi une baston peut être pleine de poésie si elle est bien chorégraphiée. Du moins c’est plus agréable à regarder qu’une scène d’action bourrine viens là que j’te rent’ dedans.

KickAss_70x100:KickAss_70x100

Enfin, le casting est bien trouvé, et même si je savais depuis longtemps que Jim Carrey participait au film, j’avoue que j’ai mis un certain temps avant de le reconnaître : bravo Fae Hammond, maquilleuse en chef sur le tournage, on pourra revoir son travail prochainement dans un tout autre genre pour The Book Thief, dont l’intrigue se situe dans l’Allemagne nazie, et qui sortira en Mars 2014.

Bref, au final je trouve tout cela plutôt cohérent : Kick Ass 2 est plus sérieux, plus adulte que le premier volet. Les personnages ont grandi tout comme les spectateurs, et la morale finale me plait : vous voulez être un héros ? Alors arrêtez de vous cacher derrière un masque. Il serait peut être temps pour Hollywood de ralentir le rythme sur les films de super héros : arrêtez de nous refaire des Spidermans, des Batmans, on s’en fout de voir Ben Affleck en Bruce Wayne !

Vous êtes en train de nous gaver comme des oies, mais attention nous ne servirons pas de farce ! Votre machine à fric commence à battre de l’aile, alors intéressez vous aux vrais super héros (je ne parle pas de Steve Jobs) et aux faits divers ! Je vous quitte d’ailleurs en vous proposant cet article assez magique qui nous fait penser que Pacific Rim c’est peut être pour bientôt ! Cliquer ici !

Related Articles

1 thought on “Critique ciné : « Kick Ass 2 » de Jeff Wadlow (2013) | Ne casse pas des culs…”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close